Exploitation du pétrole et du gaz : Les enjeux d’atténuation des conséquences sur l’environnement exposés aux parlementaires

Les députés sénégalais ont été sensibilisés sur l’importance de la minimisation des risques environnementaux et socio-économiques des activités pétrolières et gazières offshore. L’atelier a été organisé par le Partenariat régional pour la conservation de la zone côtière et marine en Afrique de l’Ouest (PRCM). La découverte et l’exploitation des hydrocarbures posent une série de défis au Sénégal. Ces biens de la nature sont une chance pour la création de richesses. Mais, si leur exploitation n’est pas maîtrisée, les inconvénients pourraient éclipser les avantages.

Le risque zéro ! ​

Le risque zéro n’existe pas dans une activité industrielle. Dès lors, les compagnies sont tenues de prendre en considération les éventuelles conséquences négatives et de mettre en place des mécanismes d’atténuation de ces effets néfastes. « Il y a des plans de gestion environnementaux pour minimiser ces risques. Dans les nouvelles dispositions, nous travaillons à ce qu’elles aient une caisse de péréquation. Ce fonds servira à gérer les éventuels accidents », a fait savoir le président du groupe parlementaire « Benno Bokk Yakaar », Aymérou Gningue, qui a assuré que les technologies utilisées actuellement par les industries causent moins de préjudice à l’environnement. Il a aussi levé les équivoques sur la réadaptation de la réglementation sur les hydrocarbures

Le Sénégal désormais va tourner la page du contrat de concession. « Ce n’est plus comme dans les années 60. Nous parlons de contrat de partage de production. Après l’amortissement des investissements par la compagnie, l’Etat aura une part de 70% et la compagnie 30% », a précisé M. Gningue.

 

Français